A la table du Maréchal

Le capitaine Elzéar BLAZE a partagé la table du maréchal. Dans ses "Souvenirs d’un officier de la Grande Armée" (Paris, Arthème Fayard), il raconte (p.119) :

« A propos de dîners, je ne dois pas oublier de vous dire un mot à propos de ceux du maréchal Davout. Ce brave maréchal, parmi de hautes qualités militaires, avait un énorme défaut qui lui fit bien des ennemis chez les gastronomes de l’armée. Lorsqu’il nous invitait à dîner, c’était une perfidie de sa part, non que ses repas fussent sans façons, mais ils étaient d’une brièveté désespérante.

On se mettait à table, dix minutes après il fallait se lever, parce que l’amphitryon en donnait l’exemple. La première fois que j’eus l’honneur de siéger à la table de M. le maréchal, j’y fus pris ; à peine avais-je coupé mon pain et commencé l’introduction des premières drôleries pour préparer les voies qu’on donna le signal de la retraite.
- Où va t-on ? dis-je à mes voisins.
- On a fini.
- De dîner ?
- Oui.
- Mais je n’ai pas commencé.
- Tant pis pour vous.
- C’est un tour abominable, un vrai guet-apens.
- Soit ! mais le maréchal imite l’Empereur.
- Il ne faut pas toujours suivre l’exemple des grands hommes.

Mais à la seconde invitation, tout changea de face ; je manoeuvrai promptement, mes attaques furent vives ; tout ce qui se trouvait à ma portée fut enlevé d’assaut. J’avais fini bien avant les autres, et je disais aux mêmes voisins que le dîner me paraissait beaucoup trop long. »